Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Le Cyclone et le pain

Les chroniques de Bricus

-

07/11/2019

Il est second capitaine sur un vraquier qui vient décharger du blé à La Réunion. Il a 39 ans, et il est Philippin comme tout l'équipage sauf le commandant (dont il est donc le second) qui lui est chinois. Un vraquier c'est un cargo qui peut trimballer tout ce qui se transporte en vrac, charbon, clinquer, blé, maïs, céréales en tout genre.

On fume des clopes et on boit des cafés en attendant que les matelots aient fait leur boulot et que donc je puisse faire le mien. Quand j'aurai fait le mien il pourra décharger son bateau.

Il dit qui n'est pas prêt à devenir commandant, trop de responsabilités. Ça lui passera.

Il ne me demande pas où sont les salons de massages sur l'île.
Il ne me demande pas où trouver des putes.
Il ne me demande pas où sont les bars les plus proches.

Il dit qu'il n'a pas accès à internet à bord ni au téléphone alors il voudrait bien aller à terre pour téléphoner chez lui et peut-être faire un Skype. Je lui dit où aller pour ça. Ça fait 5 mois qu'il est à bord.

Et puis il me dit qu'il y a eu du très mauvais temps pendant la traversée. Je le sais, le bateau est couvert de sel, et j'ai vu à l'avant du bateau un petit calamar séchant sur le pont.

Il me dit qu'il n'aime pas le mauvais temps. Que sur un autre bateau sur lequel il pouvait téléphoner en mer il s'était retrouvé pris dans un cyclone pendant une traversée vers le Japon. Un bateau qui lui aussi transportait du blé, mais pour une autre île. Il me dit que le bateau était lège (c'est à dire vide, et donc plus vulnérable dans le gros temps), et que le bateau a failli chavirer.

Il me dit que le matin avant le cyclone il avait téléphoné chez lui et qu'il avait su que son fils venait de naître.

Et que pendant le cyclone il s'était dit que c'était trop con, parce que le bateau allait chavirer et qu'il ne verrait jamais son fils.

Et puis il a ri et dit je n'aime pas repenser à ça.

Il a déchargé son bateau qui repart demain. Il y a maintenant du blé sur l'île. Je penserais à lui demain matin en grillant du pain frais.

Et je lui souhaite de revoir son fils bientôt.


Bricus

231 vues Visites

2 J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Les Marins sont formidables

LETTRE OUVERTE DE L’AFCAN AU SUJET DES RELÈVES DES MARINS ET COVID 19

photo de profil d'un membre

Yves-Noël Massac

03 juillet

Rapports d'Accidents

SÉCURISATION DU TRANSPORT DE CONTENEURS AU NORD DES ÎLES WADDEN (MER DU NORD). LEÇONS TIRÉES DE LA PERTE DE CONTENEURS DU MSC ZOE.

photo de profil d'un membre

Yves-Noël Massac

30 juin

Les Marins sont formidables

LE JMM PUBLIE UNE INTERVIEW DE PHILIPPE LOUIS DREYFUS SUR LE PROBLÈME DES RELÈVES D'ÉQUIPAGE

photo de profil d'un membre

Yves-Noël Massac

30 juin