Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

MESSAGE DE L'ITF A L'INTENTION DES MARINS

Les Marins sont formidables

-

15/05/2020

Voici un message du président de la Section des gens de mer de l'ITF (la Fédération internationale des ouvriers du transport) , David Heindel , adressé aux marins.


Message du Président de la Section des gens de mer de l’ITF, David Heindel.

Ce message s’adresse à tous les affiliés des gens de mer de l’ITF et à chacun de leurs membres – ces marins qui travaillent avec professionnalisme et dévouement en cette période inédite et incertaine. 

Merci de continuer à transporter les produits essentiels et d’assurer la continuité des échanges commerciaux mondiaux en cette pandémie de Covid-19. Sans votre sacrifice et celui de nombreux autres travailleuses et travailleurs des transports, le monde se trouverait dans une situation bien plus difficile encore, et serait d’ailleurs probablement à l’arrêt.

Le 12 mars, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié la situation de pandémie. Les pays ont alors commencé à fermer leurs frontières et à imposer des règles de distanciation sociale et des restrictions de déplacement pour tenter de contenir la propagation du virus. Malgré ces restrictions et le risque d’exposition au virus, nos syndicats et leurs membres, les gens de mer du monde entier, ont continué d’assurer leurs missions pour que nous parviennent les produits essentiels dont nous avons besoin au quotidien.

En gardant à l’esprit la santé et la sécurité des gens de mer, nous avons accepté le 17 mars de prolonger d’un mois les contrats des équipages, jusqu’au 16 avril. Ceci a fait l’objet d’un commun accord entre les syndicats des gens de mer et les sociétés signataires d’Accords ITF.

Puisque personne n’a jamais eu à gérer de pandémie par le passé, nous n’avions aucune idée de la durée de la crise, de sa gravité ou des mesures à adopter avec les employeurs et les gouvernements à mesure de l’évolution de la situation. La première préoccupation et priorité de l’ITF et de ses affiliés lorsqu’il a été décidé de prolonger les contrats des gens de mer, c’était de veiller à leur santé et à leur sécurité tout en permettant la continuité des déplacements maritimes. 

Ceci s’est fait au prix d’un immense sacrifice pour de nombreux gens de mer et leurs proches, car les confinements et restrictions imposés par les gouvernements ont immédiatement suspendu les changements d’équipages internationaux. Nos gens de mer se sont vus dans l’impossibilité de rentrer chez eux ou d’être remplacés, et certains pays leur ont même refusé leur droit fondamental aux soins médicaux et dentaires d’urgence. 

Fin avril, l’ITF a à nouveau accepté de prolonger les contrats pour 30 jours supplémentaires afin de pouvoir rencontrer et consulter les employeurs et les agences des Nations Unies en vue d’élaborer des protocoles assurant des changements d’équipages et déplacements en toute sécurité pendant la pandémie, et de continuer à donner l’assurance aux gouvernements que les changements d’équipages n’exacerberaient pas la propagation du virus. 

Après des semaines d’intense travail de l’ITF et de beaucoup de ses affiliés des gens de mer, à développer des protocoles et à exercer des pressions sur les employeurs et les gouvernements, la communauté maritime internationale a finalement obtenu une « feuille de route » pour que les gouvernements puissent faciliter les changements d’équipages. Ensuite, le 5 mai, l’Organisation maritime internationale (OMI) a publié un plan en 12 étapes à l’intention de ses 174 États membres, concernant la façon de « redémarrer » les changements d’équipages pour que les gens de mer puissent débarquer, et que de nouveaux équipages puissent les remplacer. Hélas, cela ne signifie pas automatiquement que les restrictions seront levées immédiatement puisque chaque gouvernement doit mettre en place des processus et procédures pour organiser les relèves d’équipages, mais il s’agit d’un pas dans la bonne direction. 

Après des mois de confinement, les gouvernements réfléchissent maintenant aux modalités de levée des restrictions et de réouverture progressive des commerces. Aujourd’hui plus que jamais, ces commerces ont besoin des gens de mer pour le transport de denrées alimentaires, de produits manufacturés et de matières premières. 

Les employeurs ont demandé un nouveau prolongement des contrats d’équipages tandis que les gouvernements opérationnalisent les protocoles, mais l’ITF et ses affiliés ont estimé que celui-ci serait contre-productif et ont accepté une période de mise en œuvre des protocoles de 30 jours, du 15 mai au 15 juin. Pendant cette période, l’ITF attend des gouvernements des mesures concrètes pour faciliter les changements d’équipage. L’ITF évaluera la période de mise en œuvre le 1er juin pour s’assurer que les efforts n’auront pas été vains.

Pour les non-marins, il est difficile de s’imaginer à quoi ressemblent la vie et le travail en mer pendant six, huit ou même 10 mois. Pour les marins, c’est un style de vie, mais au terme de leur contrat, ils sont heureux de rentrer à la maison, ce qui est leur droit absolu au titre de la Convention sur le travail maritime 2006 (MLC) de l’Organisation internationale du travail. 

Les marins sont, comme tout un chacun, impatients de pouvoir enfin revoir leur famille et leurs amis à mesure que les règles de confinement s’assouplissent. Toutefois, contrairement au reste de la population, il y a bien plus de deux mois qu’ils sont privés de ces contacts. Pour beaucoup de marins, cela fait près d’un an, voire plus.

Dans ses points presse quotidiens, le Directeur général de l’OMS appelle régulièrement à « l’unité nationale et à la solidarité internationale ». Pour les gens de mer engagés dans le commerce international, ceci s’est traduit par la fermeture des frontières nationales et l’attente qu’ils continuent de travailler pour la solidarité et le bien-être du reste du monde, sans que la réciproque soit vraie. 

Soyez assurés que l’ITF et ses affiliés continueront d’exercer des pressions sur les agences des Nations Unies, les gouvernements et les employeurs pour prioriser la facilitation des changements d’équipages afin que cette question ne soit plus problématique. La communauté mondiale doit prendre ses responsabilités collectives et ne pas se contenter de reconnaître les gens de mer comme des « travailleurs clés », mais faire en sorte que leurs droits, tels qu’ils sont édictés dans les textes nationaux et internationaux comme la MLC de l’OIT, soient respectés. 

Les héros de première ligne sont nombreux, des soignants et agents d’entretien aux personnels de l’alimentaire et des transports, dont les gens de mer. L’ITF et nos affiliés – vos syndicats – ne baisseront pas les bras tant que chaque marin ne sera pas rentré chez lui sain et sauf, et que la relève, qui aura attendu patiemment à la maison, ne sera pas arrivée, pour que le transport de marchandises puisse continuer partout dans le monde grâce à vous. Pour éviter toute interruption des flux commerciaux, il est vital que les gouvernements du monde entier organisent sans plus tarder les changements d’équipages.

Nous continuons à vous informer de nos initiatives sur notre page spéciale Covid-19 et le site Internet des gens de mer de l’ITF, ainsi que sur nos réseaux sociaux.



Message from ITF Seafarers' Section chair David Heindel. 

This is a message for every ITF seafarers affiliate and every one of their members – the seafarers who have professionally and diligently fulfilled their jobs during this unprecedented and uncertain time. Thank you for continuing to transport vital goods and keeping global trade moving during the Covid-19 pandemic. Without your sacrifice and the sacrifices of many other transport workers, the world would have been in a much worse state and likely would have come to a complete standstill.
On March 12, the World Health Organisation (WHO) declared the Covid-19 outbreak a pandemic. In response, countries started closing their borders and imposing social distancing and restrictions on movement to try and contain the spread of the virus. Despite these restrictions and the threat of exposure to the virus, our unions and their members, the world’s seafarers, continued to perform their duties to ensure that the essential goods we need to live day to day are delivered. Considering the overall health and safety of the seafarers, on March 17 we agreed a month-long extension to crew contracts through to April 16. This was mutually agreed to by seafarers’ unions and companies that are signatories to ITF Agreements.
With none of us having experienced dealing with a pandemic, we had no idea how long this global health crisis would last, how bad it would get, or what needed to be agreed with employers and governments as the situation progressed. The ITF’s foremost concern and priority along with our affiliates when the decision was made to extend seafarers’ contracts was to keep seafarers healthy and safe while also enabling ships to keep moving.
This has come at a huge sacrifice for many seafarers and their families as the various lockdowns and restrictions imposed by governments instantly brought international crew changes to a complete halt. It has been impossible for our seafarers to go home or replacement crew to sign on, and some countries have even denied seafarers their basic right to receive emergency medical attention and dental treatment.
In late April, the ITF again agreed to extend contracts for another 30 days to allow discussions and consultation with industry and UN agencies on the development of protocols to ensure safe ship crew changes and travel during the coronavirus pandemic and to continue to give governments the assurances that crew changes would not exacerbate the spread of the virus. After weeks of intense work by the ITF, and many of its affiliated seafarer unions, developing protocols and lobbying industry and governments, the international maritime community has finally secured a “roadmap” for governments to facilitate crew changes. Consequently, on May 5, the International Maritime Organisation (IMO) issued a 12-step plan to their 174 Member States on how to “restart” crew changes so that seafarers can disembark, and fresh crews can be deployed. Unfortunately, this does not automatically mean that restrictions will be lifted immediately since each government must put in place processes and procedures for crew changes to happen, but it is a step in the right direction. After months of lockdowns due to Covid-19, governments are now looking at and developing plans to ease restrictions and gradually reopen businesses. Now more than ever these businesses will need our seafarers to deliver the food supplies, manufactured goods and raw materials to sustain our societies. The industry requested another extension to crew contracts while governments operationalise the protocols, but the ITF and its affiliates strongly felt that another extension would be counterproductive and agreed a 30-day implementation period of the protocols effective from May 15 through to June 15. During this time the ITF expects governments to take concrete actions to facilitate crew changes. The ITF will review the implementation period on June 1 to ensure that efforts have not been in vain. For people who have not worked on a ship, it is hard to understand what it is like to live and work for six, eight or even 10 months on board. For seafarers it is a lifestyle, but when contracts end, seafarers are ready to go home and have an absolute right under the International Labour Organisation (ILO) Maritime Labour Convention 2006 (MLC) to do so.
Just as the public is looking forward to finally seeing their family and friends as Covid-19 lockdowns ease, we know from the many representations made by our affiliated unions that seafarers are too. However, unlike the rest of the population it has not been a couple of months, for many seafarers we know that it has been almost a year and for some even longer. In his daily briefings the WHO Director-General has reiterated the need for “national unity and international solidarity” – for seafarers sailing in international trade this has meant closed national borders and being expected to carry on with their work for the solidarity and benefit of the world without the world showing solidarity in return.
Rest assured that the ITF and its affiliated unions will continue to pressure UN agencies, governments and employers to prioritise the facilitation of crew changes for the world’s seafarers so that it is no longer an issue. The global community must take the collective responsibility and not only acknowledge seafarers as “key workers” but meaningfully demonstrate that their rights as enshrined in international and national legislation such as the ILO MLC are respected. There are many heroes on the front lines of the pandemic, from health care workers and cleaners to those in the food industry and in every mode of transportation including seafarers. The ITF and our affiliates – your unions – will not let up the pressure until every seafarer is home safely and those seafarers that have patiently waited at home to relieve their colleagues are on board so that the world’s goods continue to get where they are needed thanks to all of you. If the worlds governments want to assure trade continues to flow uninterrupted, it is vital that seafarers are given the ability to change crews without delay.

82 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Les Marins sont formidables

JOURNÉE DE SOLIDARITÉ POUR LES 5 ANS DE SOS MÉDITERRANÉE LE 26 SEPTEMBRE 2020 À MARSEILLE

photo de profil d'un membre

Yves-Noël Massac

23 septembre

Les Marins sont formidables

RAPPORT SUR L'INDICE DE BONHEUR DES GENS DE MER

FT

François THOMAS

29 août

Les Marins sont formidables

DIMANCHE DE LA MER LE 12 JUILLET 2020

photo de profil d'un membre

Yves-Noël Massac

07 juillet