Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

REDÉCOUVREZ LES LIBERTY-SHIPS

Information générale

-

08/07/2020

Comme annoncé dans notre MMI N° 231, nous vous proposons de redécouvrir les fameux « Liberty-Ships ».

Tout d’abord avec la tribune de notre collègue Alain Connan, ancien commandant, qui a bien connu ces navires dès l’après-guerre et qui a navigué à bord. Il nous présente ces navires exceptionnels et nous propose de réaliser une reconstitution à l’échelle 1/10ème, aucun de ces navires n’ayant été préservé dans notre pays. Cette tribune est déjà parue, en grande partie, dans notre dernier MMI numéro 231.



Maquette du W. F. Mac Lennan se trouvant sur le bureau d’Alain Connan, son premier Liberty.

La construction de ce navire a commencé le 20 mai 1943 au chantier "Shipbuilding Corp California" de Los Angeles. Il porte le nom de  William F. Mac Lennan, (1837-1909), Chef de la Division de la comptabilité et des bons de souscription du département du Trésor américain. Il a été lancé le 12 juin 1943 et démoli en 1963. 

Comme l’indique Alain Connan qui avait 12 ans et demi à l’époque, « En Octobre 1945 il fut le premier navire américain à rentrer dans le port de Lorient ou mes parents étaient Armateurs et Agents Maritimes. Ma mère était aussi représentante de la "United States Lines".

« Lorient étant totalement détruit nous n’avions plus ni maison ni bureaux. J'ai donc fait connaissance avec les "Liberty" sur lesquels nous habitions. Sans doute eurent-ils une belle influence sur le métier que j’allais choisir quatre ans plus tard ».

« Après le Lennan, encore peint en gris et avec ses emplacements de canons, il y en eu beaucoup d'autres ».



Nous vous proposons aussi une nomenclature des Liberty-ships transmise par notre collègue Guy Quiesse, ancien Capitaine Marine Marchande, avec de nombreux dessins et plans dont certains en couleur et que vous trouverez en pièce-jointe.

Nous remercions nos deux collègues pour leur collaboration.


Bonne redécouverte - ou découverte pour les plus jeunes – de ces navires hors du commun à qui nous devons tant.



UN NAVIRE NOMMÉ "LIBERTÉ"                                 Par le Commandant Alain Connan

   Dans quatre ans, ce sera le 80ème anniversaire du débarquement en Normandie du 6 Juin 1944. Il sera peut-être le dernier au cours duquel quelques marins qui vécurent ces moments intenses pourront encore être présents.

   Ce débarquement issu des 4 années de guerre durant   lesquelles la liberté ne fut pas loin de mourir ne put être réalisé que grâce à une construction navale dépassant de très loin tout ce qui avait été jamais fait  en nombre et en efficacité. Il fallait ravitailler le seul pays libre d’Europe, le Royaume-Uni, pour qu’il puisse non seulement d’abord se défendre mais ensuite pouvoir intervenir activement. Des moyens colossaux furent mis en œuvre par les États-Unis d’Amérique pour atteindre ce but. Il a fallu d’abord traverser les océans avec un nombre suffisant de navires pour échapper aux meutes des sous-marins allemands et pouvoir livrer en quantité ce qui pouvait venir concurrencer l’infernale machine de guerre nazi. Grâce à ces efforts gigantesques, leurs sous-marins soudain submergés, ont cessé d’être les vainqueurs. Ces nouveaux navires avaient pris le relais de ceux que les alliés avaient d’abord mis en service sous la dénomination «Empire». Sous une forme de construction tout à fait innovante, ils furent appelés «Liberty Ship».

   Jamais navire ne porta aussi bien son nom de baptême. Ce furent les marins de la Marine Marchande qui armèrent ces bateaux. Beaucoup d’entre eux périrent en mer, bombardés ou torpillés. Ils ont notre respect. Nous marins français, allions vivre une défaite honteuse avec le sabordage de notre flotte militaire à Toulon, avec notre sublime paquebot Normandie devenu épave couchée dans le port de New-York, avec un autre paquebot, le Pasteur, dont l’équipage se faisait remplacer par les marins alliés pour continuer la lutte. Ce sont cependant les marins de la Marine Marchande Française, principalement, qui relevèrent l’honneur de notre marine en participant aux convois de l’Atlantique Nord sous notre pavillon et à la renaissance d’une marine de combat au sein des FNFL. (A ce propos, voir l'article de René Tyl sur "l’Histoire des Forces Navales Françaises Libres pendant la 2ème guerre mondiale" publié le 21 juin 2020.

Ces "Liberty Ships"  présents à plus de 2700, sortis des chantiers navals américains, furent sur tous les théâtres d’opération dont ceux des débarquements en Normandie et en Provence. Ils devinrent un mythe qui perdure encore chez tous les marins.

Une fois la victoire établie il a fallu reconstruire l’Europe et ce sont encore les "Liberty" qui œuvrèrent à cette tâche. Cette fois un bon nombre d’entre eux furent attribués aux autres pays alliés dont la France. C’est grâce aux "Liberty Ships" que notre flotte française réduite à néant en 1945 va pouvoir renaître de ses cendres et permettre une formation maritime à toute une génération de marins français.



   Jamais navires n’avaient eu une telle importance. Sans eux la guerre n’aurait pu être gagnée et l’Europe reconstruite. Paradoxalement ils sont parfaitement inconnus dans l’esprit français. Nous marins, nous n’en  sommes pas vraiment étonnés. Notre oubli de la mer qui pourtant borde la majorité de nos côtes a été dramatique dans notre histoire avec entre autres la perte de l’Amérique du Nord et des Indes qui auraient pu avoir un autre destin que celui de langue anglaise que nous connaissons.

Les années 60/70 virent la mise au cimetière de ces "Liberty". Beaucoup d’entre nous, les anciens de l’après-guerre, formés sur ces navires, y participèrent avec tristesse.



Les États-Unis en ont conservés 2 qui sont entretenus comme navigables et servent de musée à Baltimore avec le John W Brown et à San Francisco avec le Jeremiah O Brien.

Les Grecs qui furent les seuls à participer aux convois d’Atlantique Nord avec des "Liberty" sous leur pavillon national en ont racheté un en 2008. 

L’ex s/s Arthur M Hudell réduit à l’état de barge fut remorqué jusqu’au Pirée et reconstruit sous le nom de s/s Hélias Liberty et est désormais, depuis 2010, un prestigieux navire musée en Grèce.

   Nous les Français qui devons tant à ces navires, nous n’avons pas su en garder un seul alors que nous en avions eu 76 après la guerre ! Pourtant cela aurait été un grand honneur pour la France que d’avoir un de ces navires légendaires pour s’y recueillir dans un des ports qui furent impliqués dans le combat dès la première heure, Caen ou Cherbourg.

Alors si on voit les associations diverses d’aviateurs, de collectionneurs d’automobiles, de cultivateurs, et d’autres sans doute, respecter leur passé dans des reconstructions ou des musées, notre profession se montre bien taiseuse. Mais il faut être réaliste et admettre que la reconstruction d’un "Liberty" ne se fera pas. Par contre il n’est peut-être pas farfelu de penser qu’une reconstitution d’un Liberty au 1/10ème offert à Arromanches le 6 Juin 2024 par et avec les derniers marins français ayant vécu cette époque pourrait être possible.

Cela pourrait se faire au cours d’une cérémonie respectueuse de notre souvenir maritime partagé avec les autres marins marchands alliés lors de ce dernier conflit planétaire.

Cette idée a déjà été partagée et diffusée, par exemple dans la revue de l’ACLCC1. J’ai été étonné et heureux des bons retours que j’ai reçus. Je persiste donc pour aller plus loin dans ce sens. Je crois cela vraiment possible.




Maquette du Liberty "City of Brunswick"


Pour contacter Alain Connan : connan89@aol.com.  Intéressés, faites-vous connaître !


Deux livres pour en savoir plus : Les Liberty ships de Jean-Yves Brouard chez Glénat (Tout sur les 76 liberty devenus français. Épuisé mais se trouve d’occasion). 




The Liberty Ships of World War II: A Record of the 2,710 Vessels and Their Builders, Operators and Namesakes, with a History of the Jeremiah O’Brien.



Par Greg H. Williams

686 pages en Livre de poche ou e-book pour présenter un registre des 2 710 navires "Liberty" avec leurs constructeurs, opérateurs et l’origine des noms ainsi que l’Histoire du Jeremiah O'Brien.

Ce livre détaille les Liberty Ships et le programme de construction navale d'urgence pendant la Seconde Guerre mondiale. Pour la première fois, des informations complètes sont fournies sur les constructeurs, l’origine des noms et les opérateurs, le tout dans un seul ouvrage. On y trouve une liste des 2710 Liberty Ships livrés par les chantiers navals des États-Unis, donnant le nom de chaque navire et des descriptions détaillées des entreprises qui ont construit les navires et des compagnies de navires à vapeur qui les ont exploités pendant la guerre. Ce livre détaille également la formation de deux chantiers navals à South Portland, dans le Maine, la Todd-Bath Iron Shipbuilding Co. et la South Portland Shipbuilding Corp. Les opérations louches de South Portland ont fait l'objet d'une enquête par le Congrès des États-Unis et a abouti à la fusion des deux sociétés dans la New England Shipbuilding Corporation en avril 1943.

Le Jeremiah O'Brien est également présenté. Construit par New England Ship en 1943, il est l'un des deux seuls Liberty Ships toujours opérationnels au monde. L’historique de ses services et des informations sur l'équipage sont fournis avec aussi sa restauration d'après-guerre et son retour en Normandie en 1994.


Table des matières:

Liste des chantiers avec nombre de navires construits

Partie 1 : Le début: le contrat britannique et six compagnies

Partie 2 : Construire les Liberty Ships

Partie 3 : La construction des Liberty Ships par chantier

Partie 4 : L’exploitation d’un Liberty Ship et les Agents généraux

Partie 5 : Le Liberty Ship Jeremiah O'Brien.

Partie 6 : La restauration après-guerre et les voyages du Jeremiah O'Brien.


ISBN 978-0-7864-7945-0 pour le livre de poche

ISBN 978-1-4766-1754-1 pour l’e-book

Chez McFarland & Company, Inc., Publishers,

Box 611, Jefferson, North Carolina 28640, USA

www.mcfarlandpub.com

https://books.google.fr/books?id=A5oWBAAAQBAJ&pg=PR5&hl=fr&source=gbs_selected_pages&cad=3#v=onepage&q&f=false



53 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Information générale

LES ENTREPRISES, ACTRICES D’UN OCÉAN PRÉSERVÉ

FJ

François JOUANNET

28 juillet

Information générale

LʼOCEAN VIKING DE SOS MÉDITERRANÉE IMMOBILISÉ SOUS PRÉTEXTE DE SURCHARGE

photo de profil d'un membre

Yves-Noël Massac

26 juillet

Information générale

ATTRIBUTIONS DU MINISTÈRE DE LA MER

photo de profil d'un membre

Yves-Noël Massac

17 juillet